L'Évêché de Mondovì

 

Introduction

Le complexe d’édifices qui constitue le siège de l'Evêché de Mondovì a une histoire séculaire qui remonte aux origines de la Diocèse, dans la deuxième moitié du XIV ème siècle pour donner une résidence digne au premier évêque Damiano Zoagli, le 23 octobre 1389, la Commune de Mondovì acquiert cet immeuble de la famille des Borghesi. 41 évêques ont habité et habitent encore ces pièces. Au fil du temps ils ont promu des travaux d’embellissement et l’immeuble a subi des interventions structurelles qui ont donné à l’édifice l’aspect actuel.


Salle des soutenances de thèses

Nous entrons dans un espace riche de culture. En 1560, Mondovì devient siège universitaire et la Maison de l'Évêque abrite les cérémonies de soutenance de thèse de la faculté de Droit, de Médecine et de Théologie jusqu'en 1719. L'Évêque est le grand chancelier de l'Université. La tradition de Mondovì, " Ville des Études" tire ses origines du complexe de l'Antica Scuola Cattedrale de l'université, du Séminaire et du collège des jésuites. Déjà à la fin du XVI ème siècle, l’éveque Antonio Castruccio avait fait peindre sur les parois de cette salle les portraits des habitants du Monregalese illustres. En avaient fait ajouter d’autres entre le XVII et le XVIII ème siècle. En tout, 69 personnages sont représentés à partir de 1375. Chaque portrait porte l'inscription du nom, du titre et le blason de la famille. À la fin du XVIII ème siècle , Monseigneur Corte confie à l’architecte d’Alessandria Giuseppe Castelli d’importants travaux de transformation de l’immeuble: les pièces sont agrandies et la voute de la salle entièrement redécorée par le peintre Angelo Persico qui termine le travail en 1793. Au-dessus des portes on trouve la représentation monochrome de six savants de l’Antiquité grecque et romaine, alors que sur la voute la vertu de la Foi. Sur la paroi de gauche se trouve le portrait en pied du duc Emmanuel Filibert, qui institua l'Université du Monregalese.


Salle des Évêques

La seconde salle que l’on rencontre est la salle des Évêques, dans laquelle sont représentés les successeurs de Damiano Zoagli jusqu’à nos jours ; parmi eux on trouve Michele Ghislieri, évêque de Mondovì de 1560 à 1566 et ensuite le pape Pio V et évêques de grande importance comme le Cardinal Lauro, Monseigneur Casati , Monseigneur Ghilardi et plus proche de nous, Monseigneur Ressia, et Monseigneur Briacca. Au dessus de la cheminée une fresque datée de 1790 représente le pape Urbain VI qui en 1388 érigea la Diocèse et assigna à Mondovì le titre de Ville et le nom Monte Regale. En-dessous est peinte une carte topographique du territoire, sur laquelle se dessinent les principales localités. Au centre de la voute est représentée l’Espoir.


Salle des Tapisseries

Dans la dernière salle sont exposées quatre grandes tapisseries tissées au début du XVII ème siècle par le Maitre Francois van den Hecke, un des tapissiers les plus prisés de Bruxelles. Le dessin des tapisseries appartient à Pietro Paolo Rubens; les cartons préparatoires sont conservés à la Galerie des princes du Liechtenstein à Vaduz, alors que les modèles sont à la National Gallery of Art di Washington. Ils représentent certains épisodes de guerre du général romain Publio Decio Mure contre les Latins, racontés par Tite Live dans le huitième livre des Historiae. La tradition veut que les tapisseries aient été achetées à Paris par Monseigneur Pio Vitale, au début du XIX ème siècle . A l'époque napoléonienne de telles œuvres d'art finissaient aux enchères sur les rives de la Seine. Dans la salle on trouve aussi un précieux crucifix en ivoire, traditionnellement attribué à Gian Lorenzo Bernini. La forme de la sculpture et la pose allongée du corps sont conditionnées par le matériel de fabrication: en effet, l’ivoire, s’il est plutôt facile à sculpter, pose des limites à cause de la largeur réduite de l’ivoire et de sa courbure. Au centre de la voute, est représentée la vertu de la Charité .


Réalisé avec Rotary Club Cuneo et Rotary Club Mondovì