Sanctuaire des Oratoires de Montà D’Alba

 

Introduction

Le sanctuaire des Oratoires est composé de plusieurs noyaux appartenant à des époques différentes, mais témoins de l’évolution de la dévotion dans ce lieu, peut-être déjà fréquenté à l’époque romaine. Le fait que l’on ait retrouvé des fragments de tuiles romaines confirme l’hypothèse de la présence d’un édifice précédent, les Oratoires apparurent beaucoup plus tard dans le climat de ferveur religieuse qui s’est avéré entre le XVI et le XVII ème siècle quand s’est répandue la typologie des monts sacrés. Malgré l’état de profond abandon qui a frappé le complexe jusqu’aux années 80, le sanctuaire a été objet d’une profonde action de récupération et de restauration qui en a fait aujourd’hui un des sites les plus fréquentés du Roero.


L’Eglise de Saint Jacques et Saint Philippe

Le bâtiment principal qui accueille le fidèle à son arrivée est l’église de saint Jacques et Saint Philippe réalisée en briques. Malgré les nombreux remaniements, on trouve encore des fragments de l’époque romane dans les têtes travaillées présentes sur la façade et dans les éléments en terre cuite le long des profils latéraux. L’édifice a subi au cours des siècles de nombreux remaniements qui suivent les différents cycles de ferveur religieuse de la société. Le plus important remonte au XVII ème siècle quand, après trente ans d’interdiction environ, on donna à l’église un nouvel aspect architectural.


La Grotte de L’agonie

La Grotte de l’Agonie a été construite en 1933 à l’occasion du 19ème centenaire de la Rédemption. Placée en face de l’Eglise des Saints Jacques et Philippe, elle présente une structure architecturale en contradiction avec le sanctuaire. Le plan de l’édifice est rectangulaire et il reproduit de manière scénographique le Christ dans le Jardin des Oliviers, alors que dans le fond on voit arriver des soldats romains guidés par Judas Iscariote. Les statues et la scène sont en plâtre.


Les Oratoires

Ce fut le franciscain Bernardino Caimi qui “inventa” en 1494 les Monts Sacrés pour reproduire dans le Piémont les lieux saints avec les stations de la Croix. Dans le sillage de ce climat de ferveur religieuse on construit à Montà les oratoires le long d’un parcours en plaine et abrupt qui conduisait au petit temple du Saint Sépulcre. Les oratoires étaient à l’origine des bornes en pierre avec une niche reportant un épisode de la Passion. En 1887, les vieux oratoires, dont on peut encore voir les restes, désormais en mauvaises conditions ont été remplacés par les chapelles actuelles conçues par Placido Mossello di Montà. Les nouvelles chapelles sont à plan octogonal couvertes d’une coupole avec une lucarne centrale. On avait prévu un pronaos qui ne fut toutefois jamais construit. A partir de 1889, on pourvut à placer des statues réalisées par plusieurs modeleurs : Stefano Brilla de Savona, Antonio Taliano de Montà et les frères Musso sculpteurs turinois affirmés.


Le Petit Temple du Saint Sépulcre

Le parcours des chapelles du Chemin de Croix se termine par un petit temple du Saint Sépulcre, à plan octogonal et porche qui se développe en anneau autour du corps central. On dit que la chapelle a été édifiée à l’origine par un moine prédicateur de retour de la Terre Sainte. Une cartouche à l’intérieur au-dessus de l’entrée porte la date de la dernière intervention: 1775. La tradition veut que la dévotion ait été encouragée par un cadre miraculeux représentant la Sainte Vierge qui a disparu aujourd’hui. Dans l’optique de la récupération du sanctuaire les statues ont été objet de restauration par le laboratoire de Nicola di Aramengo d’Asti avec une contribution du Lions Club Canale-Roero.


La Croix Lumineuse

La croix lumineuse, inauguré en 1956 en souvenir des jeunes des terres du Roero qui ont péri à la guerre se trouve sur la colline devant le complexe du sanctuaire des Piloni.


Réalisé avec Rotary Club Cuneo et Rotary Club Canale Roero